Candidate à la reprise de l’entreprise de vêtements et de fils à tricoter Phildar, la marque de chaussette Kindy a de bons atouts. Basée à Moliens dans l’Oise, l’entreprise revient elle-même de loin. Reprise en 2017, elle a su remonter la pente en pariant sur le Made in France.

C’est peut-être le début d’une nouvelle histoire pour l’entreprise Kindy. Il y a trois ans, le fabricant de chaussettes basé à Moliens dans l’Oise était au bord de la fermeture. Aujourd’hui, il s’apprête à racheter une autre enseigne de textile : Phildar, placée en redressement judiciaire en juillet dernier. Le tribunal de commerce de Lille examine actuellement trois offres de reprise.

Je pense qu’il y a une belle histoire à tricoter entre Phildar et Kindy“, confie Salih Halassi. Le PDG de l’entreprise de chaussettes isarienne sait déjà comment redonner un coup de jeune à la marque nordiste de vêtements et de fils à tricoter. “L’idée c’est de garder l’ADN et les valeurs Phildar et venir remplacer le prêt-à-porter, qui représente un gouffre, par des produits homewear dont la chaussette“, détaille Salih Halassi.

Une stratégie payante

Il y a trois ans, c’est avec cette même stratégie que le PDG a remis sur pied la marque créée en 1966. À l’époque 67 salariés sont repris. Ils sont 85 aujourd’hui, dont 70 à Moliens. Chaque année, l’entreprise produit 14 millions de paires de chaussettes sous la marque Kindy (majoritairement fabriquées en Turquie) et 1 million de paires made-in France dans l’Oise.

Depuis 2017, la fabrication française a été multipliée par deux. À présent, 40% des chaussettes sont fabriquées dans l’Oise. “Cela fonctionne grâce à l’histoire et au savoir-faire de la marque, mais également la qualité du produit à un prix toujours abordable. Kindy veut rester une marque populaire comme elle est depuis le début“, affirme la responsable communication Julie Coëne. 

Lire la suite sur France3-regions